La fertilité en danger ?

Les perturbateurs endocriniens, un problème de santé publique

Santé, préventionDe nombreuses études alarmantes menées sur les quarante dernières mettent en cause les perturbateurs endocriniens dans l’apparition de maladies d’origine environnementale, et en particulier les cancers hormono-dépendants : cancers du sein, de l’ovaire, de la prostate et de la thyroïde. Ils seraient également impliqués dans les pathologies de la croissance, de la cognition, de l’obésité et du diabète. Faisons le point…

Mais qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

Il s’agit d’une substance chimique d’origine naturelle ou artificielle qui, en interférant avec le système hormonal, même à dose extrêmement faible, induit des effets délétères sur la personne ou ses descendants à plus ou moins long terme. S’il ne s’agit donc pas d’une toxicité directe, le danger n’en est pas moins grand.

Ces substances sont industrielles (bisphénol A, parabène…), agricoles (insecticides…), alimentaires (emballages plastiques…), se retrouvent dans les produits pharmaceutiques, vétérinaires, cosmétiques, produits de combustion… et pénètrent dans notre organisme et se répandent dans le sang, les os ou encore le lait maternel.

La fertilité humaine en danger ?

Les perturbateurs endocriniens sont directement mis en cause dans le développement récent de problèmes importants concernant la fertilité humaine : ainsi, selon une expertise collective de l’INSERM, depuis 1975 le nombre de cancers du sein a doublé et le nombre de cancers de la prostate a quadruplé.

On observe depuis 20 ans une augmentation de pathologies féminines telles que l’endométriose ou le syndrome des ovaires polykystiques, ainsi qu’une diminution de l’âge de la puberté (-0,18% par an en France).

Par ailleurs, les perturbations des hormones masculines auraient entraîné la baisse observée de la production de testostérone de 1% par an depuis 40 ans, ainsi que la diminution quantitative et qualitative du sperme humain : – 2% par an de spermatozoïdes dans le sperme entre 1979 et 1992 ; dégradation de -0,5% par an de la mobilité, morphologie etc.

Un problème de santé publique

Plusieurs mesures pourraient être prises pour améliorer la prévention de ce problème : tests spécifiques obligatoires avant l’autorisation de mise sur le marché d’une nouvelle molécule au niveau européen ; meilleure information du public (traçabilité et composition des produits, risques spécifiques pour les enfants et les femmes enceintes.) ; suppression progressive des emballages (plastiques) et des aliments et cosmétiques à risque.

Le rapport du sénateur Gilbert Barbier invitait déjà en 2011 le Gouvernement à engager une action à l’échelle européenne pour adopter une réglementation communautaire plus préventive, qui informe davantage le public et interdise les substances incriminées.

Si les études n’ont pas encore définitivement prouvé les effets nocifs de toutes les substances suspectées, le seul coût de 157 milliards d’euros par an de santé dû aux perturbateurs endocriniens en Europe (Pr. L. Trasande, Université de New-York) justifierait à lui seul d’appliquer sans plus attendre le principe de précaution.

 

Pr. Michel CRÉPIN

Michel-crepin

Ouvrages de Michel Crépin aux Éditions Arnaud Franel :

ID Reflex’ Alimentation et Santé

 

 

Sources :

  • Rapport du Sénat et Assemblée nationale « Perturbateurs endocriniens, le temps de la précaution » 2011.
  • INSERM, Expertise collective sur la reproduction et l’environnement 2015.
  • INVS, Rapport de 2011. Rapports Centre International Recherches Cancer (CIRC) et OMS
  • Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), Rapport 2010
  • L’AFSSAPS, l’AFSSET puis l’ANSES à partir de 2010
  • REACH Registration, Evaluation and Autorisation of CHemicals (à partir de 2007)

 


A propos de l'Auteur :
Professeur d'oncologie à la Faculté de médecine de l'université Paris 13, ancien directeur de laboratoire à l'INSERM, auteur de nombreuses publications et ouvrages, dont Le Cancer pour les Nuls, L'alimentation anticancer, et de l’ID Reflex’ Santé et Alimentation aux Editions Arnaud Franel.

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*