La rente en France ou comment le social bloque l’ascenseur (1/2)

Les pouvoirs publics élus en mai 2017 prétendent faire redémarrer l’économie, chercher la croissance et procurer un emploi à chacun, mais à force de protections, de subventions et d’assistance nous courons le risque de tuer définitivement l’activité et le travail.

 

 Une définition de la rente

Rente : Revenu périodique, non obtenu par le travail, contrepartie du droit du propriétaire d’user de sa terre (rente foncière) ou provenant d’une ressource rare (rente pétrolière)…

La rente est donc l’assurance de percevoir un revenu régulier sans travail, elle s’oppose par là même au travail qui est à la fois :

– un risque (de perdre son travail, ses revenus, ses biens) ;

– un effort (se lever le matin, prendre des responsabilités, diriger ou être dirigé) ;

– une mobilisation de ressources internes et externes pour produire des richesses ;

– une collaboration et des interactions avec les autres (on perçoit individuellement dans son coin sa rente ou ses allocations alors qu’on travaille toujours avec et pour les autres).

La rente domine de nombreux pans de notre économie

Les retraités sont évidemment les premiers et les plus nombreux de ces rentiers. On peut estimer que les retraités perçoivent des revenus alors qu’ils ont passé l’âge de travailler. Sauf que :

– aujourd’hui en France l’espérance de vie en bonne santé dépasse les 72 ans alors que nous arrêtons généralement de travailler autour de 60 ans ;

– les salaires des actifs (et surtout des jeunes) sont désormais inférieurs aux pensions versées aux retraités et il sera impossible d’entretenir 1 retraité pour chaque actif au travail (un travail parfois plus mal rémunéré que la pension du retraité) ;

– les retraites de la fonction publique (un engagement financier supérieur au montant de la dette française) ne sont pas financées car l’État étant son propre assureur, il a négligé de provisionner les retraites de ses 6 millions de fonctionnaires et assimilés.

Le Social représente la première dépense en France, il empêche le travail de se déployer

La France représente moins de 1 % de la population mondiale, 3 % du PIB mondial, mais 15 % des dépenses sociales dans le monde.

En 2013, la part des dépenses de protection sociale représentait 31,7% du PIB, soit 672 milliards… C’est le principal poste de dépenses publiques en France (source vie publique).

Ce social dont nous avons fait une industrie nationale enferme les Français dans une bulle, mais cette bulle ne nous protège que très provisoirement sur une planète qui compte plus de 7 milliards de Terriens, compétiteurs pour des ressources rares (le travail, les biens alimentaires, les matières premières, l’eau potable, les énergies fossiles…)

La semaine prochaine : comment et pourquoi Gauche et Droite sont responsables.

 

Par Didier Cozin

Photo de M. Didier Cozin

Ouvrages de Didier Cozin aux éditions Arnaud Franel :
ID Reflex’ DIF et formation
ID Reflex’ Entretien professionnel


A propos de l'Auteur :
Didier Cozin est gérant de l’Agence pour la Formation Tout au Long de la Vie depuis 2006. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles consacrés à la formation professionnelle.

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*