Santé Sécurité au Travail en France : 7 propositions de pistes de progrès (1/7)

A l’heure où le gouvernement réfléchit aux inflexions à apporter au domaine de la SST en France pour améliorer significativement notre performance, Dominique Vacher, auteur du livre « Santé Sécurité au Travail : entreprises, arrêtez de manager la SST ! », s’est livré à un exercice de style pragmatique et sans tabous comme à son habitude.

Nous vous le présentons en une série de 8 articles : une synthèse et le détail de chacune de ses 7 propositions majeures.

Présentation

La France a des résultats en matière de Santé Sécurité au Travail (SST) qui sont d’une part assez éloignés de ceux des meilleurs États au monde1, et d’autre part qui stagnent autour d’une asymptote. Ce constat est d’ailleurs corroboré par ce que nous avons pu noter dans la plupart des grands groupes internationaux français, à savoir que la performance des entités « France » était moins bonne que la performance des entités des autres pays, notamment anglo-saxons.

Cela tendrait à prouver qu’il y a un problème structurel, et non pas contextuel, dans la façon dont la santé sécurité au travail est prise en compte en France, et ce à l’instar des pratiques que l’on peut voir dans les entreprises.

Nous avons identifié chez les entreprises qui excellent les meilleures façons de faire, puis les avons regroupées pour en faire un socle de base qui assoit la performance de l’entreprise, dont la performance SST. Naturellement il est possible d’en rajouter beaucoup d‘autres, mais sans ce socle, pas d’espoir de rejoindre l’excellence…

Ces façons de faire et ces pratiques peuvent utilement être adoptées, en tout cas sur les principes, au niveau d’un État, et cette série d’articles vise à en souligner quelques-unes qui, de notre point de vue, forment des pistes majeures de progrès.

Les enjeux

Immédiatement une question se pose : faut-il dissocier la « santé au travail » de la « santé publique » – car après tout, chaque individu n’a qu’une « santé » ? Oui, car les responsabilités ne sont pas partagées de la même façon entre les deux secteurs et non, car les problèmes de santé publique peuvent créer des problèmes de santé au travail (pour ne citer qu’un exemple qui préoccupe de plus en plus les entreprises, la consommation régulière de cannabis avant – et pendant – le travail) et vice versa (altération de la santé de riverains liée à des risques venant de l’entreprise (exemple : bruit, légionnelles etc.). Non également, car la culture développée en santé publique chez les citoyens déteint positivement sur les comportements au travail. Le lien entre santé publique et santé au travail est donc à resserrer tout en préservant le secret médical.

Tout d’abord, travaillons à changer l’image de ce domaine que représente la santé sécurité au travail et qui est largement perçue aujourd’hui par l’ensemble des acteurs comme une « contrainte ». Les progrès arriveront si les dirigeants d’entreprises (sans lesquels rien ne se passera) comprennent que la SST est en fait une opportunité de business.

Par ailleurs, il est frappant de constater que beaucoup d’entreprises « managent la SST » alors que la bonne pratique est de « produire et travailler en toute SST ».

Naturellement un levier de changement important consiste à se poser des questions sur la plus-value de la formation des acteurs telle qu’elle existe aujourd’hui, que cette formation concerne les dirigeants d’entreprises, les managers, les salariés eux-mêmes, les préventeurs et autres hygiénistes et d’une façon générale les experts de ce domaine.

Retenons également comme point important de changement la façon dont les entreprises déclarent « apte » un salarié à exercer les activités qu’elle compte lui confier. L’aptitude est ici entendue au sens très large, bien sûr des connaissances et des compétences (et donc le lien avec le sujet précédent), mais aussi l’aptitude physique, intellectuelle et mentale à exercer le métier pressenti.

L’accès à l’expertise, car ce sont de vraies compétences dont les entreprises ont besoin pour les aider à gérer les risques pour la santé de leurs salariés et ceux de leur prestataire, pose problème pour les petites et moyennes entreprises.

Enfin, le dispositif de régulation (incluant le contrôle) est lui aussi à revisiter.

Nous développerons dans les parties suivantes chacun de ces points qui nous paraissent, par notre connaissance du terrain, essentiels (et donc évidemment pas exhaustifs), ainsi que des propositions novatrices, voire iconoclastes, dont l’expérience nous fait penser qu’elles sont pour autant probablement nécessaires.

1. http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Accidents_at_work_statistics/fr#Nombre_d.E2.80.99accidents

 

Lire la suite

Par Dominique Vacher

Photo de M. Dominique Vacher

Ouvrages de Dominique Vacher aux éditions Arnaud Franel :
Santé et sécurité au travail : Entreprises, arrêtez de manager la SST!


A propos de l'Auteur :
Dominique Vacher, auteur de l’ouvrage Santé et sécurité au travail, ancien d’EDF (manager, DRH, Directeur puis Coordinateur santé sécurité au travail (SST)), a fondé DVConseils, spécialisée en RSE, qualité de vie au travail et SST: www.dvconseils.fr Il est professeur associé au Cnam (chaire hygiène et sécurité), il est expert IPRP, membre de l’AISS et animateur du GEPI.

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Ces cookies évitent aux utilisateurs inscrits de se reconnecter à chaque visite.

Cookies d'identification.

Publicité

Analytics

Google Analytics nous permet de suivre l'audience de notre blog.

Google Analytics

Other

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Ces cookies évitent aux utilisateurs inscrits de se reconnecter à chaque visite.

Cookies d'identification.

Publicité

Analytics

Google Analytics nous permet de suivre l'audience de notre blog.

Google Analytics

Other