Categorie : Economie et Bourse

Le Livret A, 200 ans d’histoire et de succès

Dans le domaine des placements à court terme, le Livret A est sans aucun doute un phénomène : 56 millions de livrets ouverts, 10,2 milliards d’euros de collecte sur l’année 2017, 271,7 milliards d’encours à la fin 2017, selon les chiffres de la Caisse des dépôts et consignations, le bras financier de l’État. Et ce, alors même que sa rémunération nette se situe à 0,75 %, son plus bas niveau historique.

Par comparaison, l’encours des fonds monétaires (détenus par les particuliers), qui lui faisaient de l’ombre dans les décennies 1980 et 1990, se limite désormais à 7 milliards d’euros.

Il est vrai que ce livret réglementé, dont le bicentenaire est célébré en 2018, cumule bien des avantages : il est simple, liquide, sans risques et, par-dessus tout, ses intérêts ne supportent ni l’impôt, ni les prélèvements sociaux, à la différence des livrets bancaires classiques ou des comptes à terme. Bref, un cas d’espèce dans l’univers des placements. D’autant que les fonds déposés et centralisés à la Caisse des dépôts servent une bonne action : la construction et la rénovation de logements sociaux.

Une innovation en son temps

Pourtant, à son lancement, le 22 mai 1818, le pari était loin d’être gagné. A cette époque, l’esprit de prévoyance et d’économie n’était guère développé dans l’esprit de la population, pas davantage d’ailleurs qu’au plus haut niveau de l’État.

Artisans et ouvriers n’hésitaient pas, par exemple, à risquer leur épargne à la loterie royale. « On était loin encore de concevoir l’idée d’offrir aux petites économies du travailleur cet asile sacré de la prévoyance », comme l’écrit si joliment Eugène Bayard, dans son ouvrage de référence, La Caisse d’Epargne et de Prévoyance de Paris (Hachette, 1892).

Mais les temps changent et, à la faveur des expériences menées en Suisse en 1816 et en Angleterre en 1817, la France se dote enfin de cette nouvelle institution, sous l’impulsion de Benjamin Delessert, homme d’affaires et philanthrope, et de François-Alexandre de La Rochefoucauld-Liancourt, banquier et président du comité de mendicité. Un premier projet avait bien été proposé dès 1611 par Hugues Delestre, conseiller du roi Louis XIII, mais s’était heurté à l’hostilité de l’Église, farouchement opposée à la rémunération de l’argent.

De la naissance au triomphe

En 1818, en revanche, cette initiative est accueillie avec bienveillance. La Caisse d’Épargne de Paris ouvre donc ses portes 104, rue de Richelieu. Et le livret d’épargne – c’est son nom – voit le jour, avec une rémunération fixée à 5 %. Par la suite, l’établissement s’établira 9, rue Coq-Héron, dans l’hôtel particulier d’un ancien fermier général, Barthélémy Thoinard de Vougy, surnommé « l’Harpagon de la finance » !

Les débuts sont laborieux – au 31 décembre 1818, on compte 352 livrets ouverts pour un montant total de 54 687 francs – mais le succès arrive, notamment auprès des classes aisées. Qu’on en juge : 100 000 livrets ouverts en 1830, 2 millions en 1870. Et, au début de la Seconde Guerre mondiale, ce livret est détenu par la moitié de la population. Rebaptisé « Livret A » en 1966, son taux de détention chez les particuliers atteint aujourd’hui 83 %, selon l’Observatoire de l’épargne réglementée.

 

Par Gérard Blandin

Photo de M. Gérard Blandin

Ouvrages de Gérard Blandin aux éditions Arnaud Franel :
Réussir ses placements à court terme
Dictionnaire des fusions et acquisitions
La bourse en 110 exercices
ID Reflex’ Institutions financières internationales

 

Les Éditions Arnaud Franel au
Forum national des Associations
et Fondations


Les Éditions Arnaud Franel étaient présentes à la 12e édition du Forum national des Associations et Fondations qui se tenait le 18 octobre 2017 au Palais des Congrès à Paris.

Comme chaque année, le Forum national des Associations et Fondations a permis aux responsables et dirigeants d’associations, aux acteurs institutionnels et à leurs prestataires de services de se rencontrer et d’échanger autour de leurs problématiques communes, dans un contexte politique incertain qui voit notamment remis en cause le statut du don et de l’emploi associatif. Continuer la lecture

TRIBUNE : Les 35 heures pourraient avoir nui gravement à la formation des travailleurs

Si en l’an 2000 les 35 heures furent parfois présentées comme du temps libéré pour la formation, il n’en aura jamais rien été depuis 17 années dans les entreprises et la plupart des salariés considèrent encore qu’ils ne peuvent et doivent apprendre que  sur leur temps travaillé.

K= at, l’équation de la connaissance et aussi des apprentissages

Idriss Aberkane nous le dit à longueur de livres et de conférences : le Savoir (Knowledge) est égal au temps passé (à apprendre) multiplié par l’attention (la motivation, les efforts durables, la capacité de s’abstraire aussi bien de son travail que des loisirs, numériques ou autres). Continuer la lecture

La rente en France ou comment le social bloque l’ascenseur (2/2)

 

La rente est partout en France, de Gauche comme de Droite

Nous avons vu qu’une rente est un revenu régulier obtenu sans travail et bien évidemment la rente n’est pas seulement sociale (donc de gauche) elle est aussi fortement présente à Droite :

l’immobilier qui permet de gagner (virtuellement) de l’argent en ne faisant rien (il suffit de s’endetter en attendant la hausse). Aujourd’hui les banques prêtent sur des durées de 25 ans à des taux inférieurs à 2%, elles entretiennent donc la hausse des prix (dans les grandes villes) mais parallèlement la paupérisation des jeunes (loyers exorbitants) et le sentiment d’enrichissement général et sans cause (pas d’impôts, de taxe ni même de CSG sur la revente de la résidence principale). Continuer la lecture

La rente en France ou comment le social bloque l’ascenseur (1/2)

Les pouvoirs publics élus en mai 2017 prétendent faire redémarrer l’économie, chercher la croissance et procurer un emploi à chacun, mais à force de protections, de subventions et d’assistance nous courons le risque de tuer définitivement l’activité et le travail.

 

Continuer la lecture

Simplifier l’État pour relancer la France

Une des causes majeures de la stagnation socio-économique de notre pays réside dans son État, qui cultive une hypercomplexité et une  suradministration délétères.

L’État, organisateur de la complexité

L’obésité législative et la manie de la règlementation sont des phénomènes à raison trop connus comme étant à la racine de la paralysie entretenue de l’économie et de la société française. Continuer la lecture

Dans l’économie de la connaissance… la France à la traîne (partie 2/2)

 

La France est en panne sur deux points fondamentaux pour l’avenir

– Le développement du capital humain (éducation primaire / supérieure ainsi que le tandem formation / apprentissage)

Continuer la lecture

Dans l’économie de la connaissance… la France à la traîne (partie 1/2)

 

Tandis qu’en France de picholinesques batailles se déroulent entre économistes orthodoxes et hétérodoxes, entre tenants du déclinisme et  adeptes de la méthode Coué, le dernier rapport du World Economic Forum (WEF) devrait mettre tout le monde d’accord : la France n’est globalement plus compétitive et elle ne s’est pas préparée pour le monde nouveau qui l’entoure (numérisation du monde, bouleversement climatique, globalisation et mondialisation)…

Continuer la lecture

Les États-Unis vont-ils renouer avec l’inflation ?

valeurs-mobilieres-bourseL’inflation pourrait faire son retour en 2017 aux États-Unis. Les experts en débattent et si cette hypothèse se vérifiait, nombre d’investisseurs pourraient se trouver pris de cours. Faisons le point…

Parmi les causes d’un possible retour de l’inflation aux États-Unis, on en distingue trois : le rebond des prix du pétrole, le marché de l’emploi et Continuer la lecture


Retourner à l'accueil
ou effectuer une recherche :

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Ces cookies évitent aux utilisateurs inscrits de se reconnecter à chaque visite.

Cookies d'identification.

Publicité

Analytics

Google Analytics nous permet de suivre l'audience de notre blog.

Google Analytics

Other

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Ces cookies évitent aux utilisateurs inscrits de se reconnecter à chaque visite.

Cookies d'identification.

Publicité

Analytics

Google Analytics nous permet de suivre l'audience de notre blog.

Google Analytics

Other